ARTICLES

Les 7 difficultés du jeune manager

by admin | on mai 07, 2014 | No Comments

Quand un jeune obtient son premier poste à responsabilité, il est, et c’est bien normal, gonflé à bloc de fierté, d’illusions et de motivation.  Enfin, il accède à la cour des grands !

Malheureusement, dans bien des cas, il déchante bien vite car la route est dure.  Les embûches sont nombreuses et le jeune manager est bien seul pour y faire face.

J’utilise le ‘il’ par facilité mais il est clair que cela vaut pour ‘elle’ aussi !

Mon expérience de plus de 25 ans dans l’entreprise m’a amenée à observer, à côtoyer et à accompagner des jeunes dans cette transition.  C’est ainsi que j’ai pu identifier 7 difficultés principales auxquelles ils sont confrontés.

1. Un positionnement nouveau

D’un positionnement assez simple comme membre d’une équipe, notre jeune manager passe à un positionnement particulier et unique, caractérisé par l’ambigüité d’une appartenance simultanée à deux groupes :  ceux qui font (la base) et ceux qui font faire (le management).  Il fait maintenant partie de deux ‘clans’ qui, de plus, vivent rarement dans l’harmonie totale.

Bien souvent, il se retrouvera entre le marteau et l’enclume.  On lui en demandera beaucoup alors qu’il aura très peu à dire et beaucoup de contraintes.

2. Les pressions du système

Les attentes vis-à-vis des jeunes managers sont souvent très exigeantes, voire irréalistes car elles ne tiennent pas compte de toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés en ce début de nouvelle carrière.  Qui plus est, on leur demandera souvent, en plus de leurs nouvelles responsabilités, de continuer à assumer des tâches pour lesquelles on a du mal à se passer de leur expertise.

3. La courbe d’apprentissage

Devenir manager, même avec des prédispositions, demande un apprentissage long et ardu pour acquérir et intégrer les multiples compétences managériales et humaines du métier.

Dans cette phase d’apprentissage, il arrivera immanquablement que notre jeune manager soit remué et déstabilisé en tant que personne.  Relever le défi de devenir un bon manager exige une réelle remise en question personnelle.  Cela demande du courage et ne se fait pas en un jour !

4. Les peurs et les doutes

Au vu du challenge qu’il relève et des difficultés qu’il rencontre, il est normal que le jeune manager soit confronté à des peurs et des doutes.

Peur de ne pas y arriver, de ne pas être apprécié de son équipe, de ses supérieurs, de ses anciens collègues, peur de perdre son expertise (technique ou métier)…

Doutes sur lui-même, sur ses compétences, sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire, sur les décisions à prendre, sur l’attitude à adopter, sur le sens de sa nouvelle fonction…

5. Les deuils

Faire le choix de devenir manager, c’est renoncer à son poste précédent et avec lui, à certains avantages qu’il apportait.

Il y a un deuil à faire de la relation avec les anciens collègues qui ne sera plus la même, surtout pour ceux qui prennent la tête de leur ancienne équipe.  Un autre deuil fréquent est celui du métier dans lequel le manager était jusque là spécialiste.  Enfin, ne négligeons pas le deuil d’une vie souvent plus ‘paisible’, sans responsabilités managériales.

6. Le manque de modèles

De manière générale, les exemples qu’ont nos jeunes ne les aident pas à s’épanouir dans leurs nouvelles fonctions mais plutôt à rentrer dans le rang, à devenir des copies conformes de leurs aînés, répétant les mêmes erreurs.

Je suis touchée par le désarroi des jeunes managers que j’accompagne.  Ils font comme leurs aînés car c’est ce qu’on attend d’eux mais ils sentent qu’ils y perdent une partie de leur humanité et qu’ils se désalignent de leurs valeurs profondes.  Ils mettent un masque pour rentrer dans le rang mais ils ne s’épanouissent pas réellement, ni ne réalisent leur potentiel.

7. Le manque d’accompagnement

La plupart des jeunes managers sont littéralement parachutés à leur poste sans préparation adéquate, sans formation et sans accompagnement sérieux.  Ils n’ont que peu de temps pour s’adapter et on attend d’eux qu’ils soient opérationnels tout de suite !  Quelle hérésie !  Comment voulez-vous que cela marche ?

Conclusion

Mon but dans cet article était de montrer qu’être promu au premier échelon du management n’est pas une sinécure !  J’espère y être arrivée même si je suis consciente que beaucoup de questions restent ouvertes sur les causes, les conséquences et les solutions à cette situation.

Je vous retrouve dans d’autres articles pour poursuivre la réflexion.

Categories: Management

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *